Acte 3 de la décentralisation : Kaolack plaide pour davantage de moyens aux collectivités locales

Baba Ndiaye, le président du Conseil départemental de Kaolack, au centre du pays, a vigoureusement plaidé, ce mercredi, en marge d’une session d’orientation budgétaire, pour davantage de moyens aux collectivités décentralisées. Il a notamment sollicité de la part des pouvoirs publics l’adéquation entre transfert de compétences et celui des moyens pour mieux aborder la phase II de l’Acte 3.

L’équation des moyens continuent de préoccuper les élus locaux qui en font la clé de voute de la réussite des la réforme des collectivités territoriales. Un pré-requis rappelé mercredi dernier à Kaolack, en marge de la session d’orientation budgétaire du Conseil départemental de ladite localité par le président de l’institution. Baba Ndiaye, qui procédait à l’évaluation avec ses collègues élus de l’exercice budgétaire antérieur, a déploré l’insuffisance des fonds alloués à l’entité départementale. « Nous n’avons pas encore les moyens de nos ambitions ; c’est la vérité. Sur un budget d’un coût de plus d’un milliard de FCfa, ce que nous avons reçu en fonds cette année fait environ 250 millions de FCfa pour un département qui a une masse salariale de 120 millions de FCfa. Et, en plus, il faut faire quatre sessions pendant l’année qui nous coûtent environ 4 millions de FCfa. A cela s’ajoutent plus de 60 collèges et lycées à prendre en charge, ainsi que l’hôpital régional de Kaolack, le stade en plus des 9 domaines de compétences. Donc ce qu’on nous donne en fonds de dotation et de concours est insuffisant », a regretté le président du Conseil départemental de Kaolack, à l’issue de l’ouverture de la session d’orientation budgétaire de l’institution d’hier. Des élus locaux qui sont déterminés à changer la donne en perspective de la mise en œuvre de la phase II de l’Acte 3. « Je lance un appel au chef de l’Etat pour que des dispositions soient prises afin qu’au-delà des compétences qui ont été transférées aux collectivités locales, les moyens puissent suivre. J’ai toujours dit qu’on ne peut pas transférer les compétences et ne pas transférer les moyens. Mais je reste confiant quand à la volonté du président Macky Sall de poursuivre le processus de réformes pour le plus grand bénéfice des populations à la base », a renchéri le patron de l’institution départementale qui a été confirmé à la présidence du conseil d’administration du Centre Hospitalier Régional El Hadj Ibrahima Niasse (Chein) de Kaolack. Un exercice budgétaire qui s’inscrit dans la dynamique de l’année sociale décrétée par le président de la République. Dans la circonscription, cela va se traduire par des enrôlements pour la Couverture Maladie Universelle (Cmu), l’appui aux personnes vulnérables et la construction de blocs sanitaires, la construction de murs de clôture et la réhabilitation de salles de classe pour l’enseignement moyen-secondaire.

A noter qu’en marge de l’ouverture de la session budgétaire, la salle de délibération du Conseil départemental a abrité une cérémonie de distinction de chefs d’établissements scolaires à la retraite.

Auteur: 
Elimane FALL

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags