Désenclavement du département de Nioro : Lancement des travaux des deux ponts de Porokhane

Le ministre des Infrastructures, des Transports terrestres et du Désenclavement a procédé, mardi dernier, au lancement  des travaux de construction de deux ponts dans la commune de Porokhane, dans le département de Nioro. Des ouvrages qui vont contribuer au désenclavement de cette zone septentrionale de la région de Kaolack.

La commune  de Porokhane, au sud du département de Nioro, est connue pour son enclavement prononcé. La plupart des localités qui la composent sont frontalières avec la Gambie voisine. La construction d’infrastructures routières dans le cadre du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) et du Programmes des axes et territoires frontaliers (Puma) dans la zone a semblé atténuer cet isolement. Depuis mardi dernier, une nouvelle étape vient d’être franchie dans cette dynamique. En effet, le ministre Abdoulaye Daouda Diallo a procédé au lancement des travaux de deux ponts dans la cité religieuse de la mère du fondateur du mouridisme, Mame Diarra Bousso. D’un coût total d’un milliard de FCfa, ledit projet permettra de lutter efficacement contre l’inondation de cette commune située en bas-fonds, en plus d’un aménagement paysager. Cette agglomération, avec son caractère religieux, se développe à grande vitesse. Une pression démographique qui commence à se faire sentir. L’expansion spatiale qui l’accompagne est limitée par la nature du terrain, à l’instar de Nioro qui est bâti sur le versant prolongeant la rive gauche d’un affluent du Grand Baobalon.

Ces  deux ouvrages, visant à canaliser les eaux pluviales, vont assurer l’accès et le développement de nouvelles zones de lotissement de terrains par le franchissement de ce cours d’eau.
« Il s’agit d’une vielle doléance adressée au chef de l’Etat qui en avait fait un engagement lors de l’édition du dernier Magal de Porokhane. Il s’agit d’ouvrages extrêmement importants car durant l’hivernage, la ville est coupée en deux alors que la cité religieuse a besoin de grandir  pour la relier à la ville de Nioro. Le coût des deux ouvrages est estimé à un milliard de nos francs. Nous espérons réceptionner les deux ponts d’ici la fin d’année », a indiqué le ministre Abdoulaye Daouda Diallo  lors de la pose de la première pierre, en présence de Serigne Bassirou Moustapha Mbacké, le coordonnateur du Magal dédié à la mère de Khadimou Rassoul.

Auteur: 
Elimane FALL
Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags