Gestion de l’eau : L’OFOR et le collectif des maires du Sine-Saloum opte pour la réduction du prix de l’eau

Le collectif des maires du pôle Sine Saloum s’est réuni à Kaolack dans le cadre d’un atelier d’échange et de réflexion sur la gestion de l’eau dans le milieu rural. Un événement réunissant le collectif des maires du pôle territoire du Sine Saloum, en partenariat avec l’office des forages ruraux (OFOR), a permis aux deux parties de se fixer comme objectif, la réduction du prix de l’eau, l’amélioration de la qualité et l’accessibilité au niveau des collectivités locales de la région de Kaolack, de Kaffrine et de Fatick.

L’objectif de cette rencontre des élus locaux, selon Mr Oumar Ba président du collectif des maires du Sine Saloum, c’est de se réunir entre représentans de la population autour d’un atelier de réflexion et de partage en partenariat avec l’OFOR. Un atelier d’échange qui consiste se pencher sur l’eau et sur la gestion de ce liquide  précieux en milieu rural et plus particulièrement dans le pole territorial du Sine Saloum.

Mr Ba estime que le constant est le même et que la réalité est que l’eau est beaucoup plus cher en milieu rural qu’au milieu urbain, et en même temps l’eau n’est pas suffisamment accessible et la qualité n’est pas bonne en milieu rural. Ce qui est déplorable selon le président du collectif qui ajoute le milieu rural doit consommer le qualitativement la même eau qu’en milieu urbain.

« Vu que la mission de l’acte 3 est de corriger les disparités entre les populations de la campagne et ceux des villes, nous ne devons pas être condamnés à boire une eau de mauvaise qualité et une  eau chère » se désole t-il. Pour cela, Mr Ba a par ailleurs indiqué qu’un bouleversement va être s’opérer dans la gestion de l’eau.

Pour cela, le collectif trouve qu’il faudra changer d’approche et confier la gestion de l’eau à des structures spécialisées dans ce domaine et à des professionnelles qui ont toutes les capacités de gérer les ouvrages et d’améliorer la qualité de l’eau.

Ayant des moyens limités, les collectivités locales comptent jouer son rôle de contrôle et de surveillance à ce que l’eau soit en qualité, moins chère, plus accessible et veillent au respect des protocoles.

Lansana Gagny Sakho directeur de l’office des forages ruraux, abordant dans le même sens, a déclaré que le protocole d’accords correspond à la démarche inclusive de l’agence, d’impliquer toutes les parties sur les principales réformes. De son coté, il estime également que le prix de l’eau est très cher surtout dans les activités génératrices de revenues comme l’agriculture et l’élevage. Donc nécessaire de réduire le prix de l’eau pour développer le Plan Sénégal Émergent (PSE). «La principale préoccupation de l’OFOR est de mettre des prix qui soient compatible avec le pouvoir d’achat du monde rural » a-t-il laissé entendre.
 

Source: 
setal.net

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags