Kaolack/ Saccage et destruction d’objets de valeur à la cathédrale St Théophile. Ansoumane Dione rencontre le curée

Suite aux derniers incidents survenus ces jours derniers à la Cathédrale St Théophile de Kaolack, une délégation composée du président de l’Association sénégalaise pour le suivi et l’assistance des malades mentaux (Assam), du représentant de l’Imam Ratib de Kaolack, Mansour Kâne,  de la conseillère économique sociale et environnementale (Cese) Mme Ndiouck Mbaye a rencontré à la veille de la fête de Toussaint le Curée de la paroisse  Abbé Raphaël Ndiaye. C’était pour compatir et partager avec toute la communauté chrétienne, la douleur que l’Eglise de manière générale essaie de surmonter suite aux regrettables actes de vandalisme souvent perpétrés par un malade mental qui prend la paroisse de Kaolack pour cible. Aussi une occasion de présenter leurs regrets par rapport à ces douloureux incidents et solliciter des prières pour que le coupable puisse retrouver ses sens et que l’Eglise se dote de toutes les facultés souhaitées pour mener à bien sa mission. Des moments de compassassions certes, mais aussi une opportunité pour le président de l’Assam de remettre à table l’épineuse question de la prise en charge des malades mentaux errant. « Nous avons voulu que cet acte déplorable soit un déclic pour que le centre polyvalent d’insertion des malades mentaux de Kaolack soit restitué à l’Assam afin que ces malades mentaux qui errent dans les familles et les villes soient prises en charge. Si non, les malades mentaux errant vont brûler le Sénégal. Aujourd’hui c’est la Cathédrale, mais demain ce genre d’incident pourrait surgir au Palais de la République,  au Ministère de la santé ou  dans une quelconque autre institution d’envergure. Beaucoup de marchés prennent feu au Sénégal du fait des malades mentaux. Ils passent la nuit dans les marchés et beaucoup d’entre eux éprouvent souvent le besoin de fumer ou cuisiner sur la place occupée. Ce qui est un danger public pour les usagers des marchés et le Sénégal tout entier. Malheureusement, personne ne pousse des réflexions sur la situation de ces personnes en résidence dans les marchés et leurs alentours » a alerté Ansoumane Dione. Aujourd’hui poursuit-il « la restitution à l’Assam de son outil de travail devient alors imminente, car elle constitue une décision qui va non seulement résoudre ce problème dans la ville de Kaolack, mais garantira sans doute le retrait progressif des malades mentaux des rues sur l’ensemble des régions du pays » a-t-il aussi tenté de convaincre.

Auteur: 
Abdoulaye Fall

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags