Les travailleurs des forages menacent de priver l’eau au monde rural et des villes comme Touba et Porokhane.

Le redéploiement des  anciens agents de la direction de l’exploitation et de la maintenance du ministère de l’hydraulique est devenu un casse-tête pour les travailleurs. En effet ces agents qui réclament plus 45 millions à l’état du Sénégal menacent de bloquer les forages du Sénégal pour entrer dans leur fonds.
Le syndicat national des travailleurs de l’hydraulique sont à bout de souffle. Ces agents de l’ex direction de l’exploitation et de la maintenance sont dans la tourmente depuis l’arrivée de l’office des forages ruraux(OFOR). Ces derniers ayant gagnés le procès qui les opposait à l’état du Sénégal tardent à entrer dans leur fond. Selon Yelly Coulibaly secrétaire général du syndicat national des travailleurs de l’hydraulique, l’OFOR et le ministère de l’hydraulique font pilotage à vue avec des errements notés dans la reforme du secteur de l’hydraulique rural. «Nous réclamons nos salaires du mois de Décembre et le renouvellement des contrats à durée déterminée depuis 16 ans qui doivent être des contrats à durée indéterminés comme le stipule le verdict lors de notre procès» martèle-t-il. Ces travailleurs qui courent derrière leurs 45 millions d’indemnité que l’état du Sénégal leur doit refusent d’être l’agneau du sacrifice.  «Lors du procès que nous avons gagné, l’état du Sénégal nous doit 45 326 041F mais jusqu’à présent, il refuse d’exécuter une décision de justice. Puisque nous avons épuisés tous les moyens légaux qui étaient à notre disposition, la seule alternative pour nous faire entendre c’est de bloquer les forages du Sénégal. Cela va engendrer des conséquences dramatiques puisque des villes comme Touba, Porokhane et la majeure partie du pays dépendent de nous pour boire » menacent-t-ils. Après les nombreuses envoyées au ministre de l’hydraulique Mansour Faye et au premier ministre Mohamed Boun Abdallah Dionne sans succès, ces travailleurs interpellent directement le chef de l’état pour une solution définitive à leur problème avant que l’irréparable ne se produit. Pour rappel ces agents ont fait plus de 15 ans dans ce secteur sans salaire régulier ni assurance encore moins de reconnaissance. Les conducteurs de forages qui bravent des interdits pour que l’eau coule des robinets en milieu rural n’ont pas de salaire encore moins de primes de risque a laissé entendre Yelly Coulibaly qui appelle à une négociation franche et sincère pour la prise en charge de ces personnes qui ont donné leur vie pour servir leur pays.
 

Auteur: 
Marie Bernadette Sène

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags