Mariama Sarr trainée en justice par ses employés

Le maire de Kaolack, ministre de la femme, de la famille et de l’enfance est sur tous les fronts. Après le feuilleton judiciaire qui l’oppose à la société civile et certains conseillers municipaux sur la décision de la cours suprême ordonnant la reprise du bureau municipal de Kaolack à partir du deuxième adjoint Dr Mamadou Saliou Diallo(Apr), le maire de Kaolack, ministre de la femme, de la famille et de l’enfance doit faire face à un autre combat judiciaire. Cette fois,  ceux sont les travailleurs municipaux qui sont entrés dans la danse. En effet, les trente-huit(38) pères et mères  de familles laissés en rade dans le nouveau recrutement de la mairie et qui courent derrière quatre mois d’arriéré de salaire ont porté l’affaire devant les juridictions pour avoir gain de cause. Ces pères de famille qui travaillent depuis 2009 dans la mairie de Kaolack n’ont pas reçu de salaire depuis que la mairie a procédé au recrutement de 70 nouveaux agents qui perçoivent régulièrement leurs salaires au détriment de ses permanents. Cette situation a poussé les travailleurs à porter plainte contre Mariama Sarr pour entrer dans leur fonds. Le procès qui était prévu  pour hier au tribunal  de Kaolack est renvoyé jusqu’au 12 Janvier 2017 pour non comparution du maire. Selon Abdou Ndiaye secrétaire régional de la CNTS, une autorité doit être compréhensive. «Le dossier est pendant devant la justice. Les travailleurs sont dans la légalité et nous espérons que le droit sera dit. Il est inadmissible qu’on veuille faire du chantage à ces jeunes en retenant leurs salaires pour les faire faire pression sur eux. Ces travailleurs sont tellement déterminés qu’ils  préfèrent perdre leurs quatre mois d’arriéré de salaire que retirer le dossier comme l’exige la municipalité » martèle-t-il. Le secrétaire général de la CNTS Mody Guiro à Kaolack dans le cadre d’un atelier de formation sur le « dialogue social et les techniques de négociations et de  communication» indique que son syndicat portera le combat pour permettre à ses pères de familles d’entrer dans leur droit. Dans un autre registre, Mariama Sarr doit faire face à la société civile, aux organisations des droits de l’homme comme la Radho, aux organisations féminines comme l’APROFES pour l’installation d’un bureau paritaire dans la municipalité de Kaolack. Pour rappel, le 22 Décembre dernier, le bureau municipal s’est réuni pour changer le bureau municipal. A la surprise générale, le maire de Kaolack a tordu le bras au préfet pour installer un bureau illégal en maintenant le  Dr Diallo en son poste de deuxième adjoint au maire. Un acte que 11conseillers municipal avec les Radho et les organisations féminines comme l’APROFES vont porter jusqu’à la CEDEAO  pour pousser le ministre de la femme, maire de Kaolack à respecter la loi. Selon Binta Sarr, présidente de l’APROFES Mariama Sarr n’a pas intérêt à avoir les femmes contre elle. «Nous allons utiliser tous les moyens légaux pour que la parité soit respecté dans la mairie de Kaolack. Nous sommes reconnu par les nations-unies et nous allons porter ce combat là-bas si c’est nécessaire » prévient-elle. Avec la coalition wattu Sénégal qui entre dans la danse, le ministre de la femme est averti.

Auteur: 
MARIE BERNADETTE SENE

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags