Plateforme d’innovation de l’huile d’arachide : Le label « Huile Ségal Téranga » à la conquête du marché extérieur

Les acteurs de la transformation artisanale de l’huile d’arachide ont posé, lundi dernier, un nouveau jalon dans la promotion de ce produit. Ils ont choisi le label « Huile Ségal Téranga » pour aller à la conquête du marché sous régional et international.

Ces différents acteurs ont saisi l’occasion de l’assemblée générale de mise en place de la plateforme d’innovation huile « Ségal » pour prendre cette initiative. « La nouvelle structure se projette déjà à l’horizon 2020 de faire de la filière arachide un des piliers de l’économie dans les régions du bassin arachidier (Kaolack, Fatick, Kaffrine, Thiès, Diourbel, Louga par l’accroissement de la production, la transformation et la commercialisation de l’huile d’arachide traitée et ses dérivés sur le marché international », nous a indiqué le coordonnateur du projet de diffusion à grande échelle d’une technologie d’amélioration des procédés de transformation artisanale de l’arachide, Mamadou Moustapha Mbaye.
M. Mbaye qui travaille sous la coordination de l’Agence nationale de conseil agricole et rural (Ancar) et du partenaire technique, l’Institut de technologie alimentaire (Ita), indique que « le projet avait procédé, dès l’entame en  2013, à la sélection de 200 groupements féminins de la zone du bassin arachidier, représentant plus de 20 000 membres directs et plus de 80 000 membres indirects ».
Il faut dire que l’activité de transformation de l’arachide, notamment celle de trituration en milieu rural est essentiellement dévolue aux femmes. Les membres des groupements de femmes ont été formées aux techniques de traitement de l’huile brute et dotées d’une centaine d’unités de tables de traitement mises à leur disposition dans des sites retenus par le projet. Les membres des groupements ont également suivi des démonstrations sur la technologie de traitement effectuées par des équipes de l’Ita.

En 2015, la campagne agricole de l’arachide avait atteint des productions record de 1 100 000 tonnes. Un chiffre jamais atteint pendant les cinq (5) dernières années. « Environ ¼ de cette production étant destiné aux huiliers, le reste est soit autoconsommé, soit transformé de façon artisanale en huile, pâte ou farine », souligne-t-il.
Il s’agissait alors d’accompagner les différents acteurs, dont la plupart est constituée de femmes qui ont hérité cette technique artisanale de trituration de l’huile d’arachide de leurs grands pères et arrières grands parents. « Et c’est dans le programme Waapp/Ppaao et pour faciliter la diffusion à grande échelle (Dge) des technologies que le Coraf a entrepris d’appuyer la mise en place de plateformes d’innovation axées sur le développement des chaînes de valeur », a-t-il fait savoir.

La plateforme « Huile Ségal Téranga » va ainsi permettre « de pérenniser les acquis du projet traitement d’huile d’arachide brut par un dispositif technologique éprouvé par la recherche, de faciliter les échanges entre les acteurs de la chaîne de valeur huile « Ségal Téranga », de nouer des relations d’affaires et de trouver des solutions aux difficultés de la chaîne de valeur.

Mohamadou Sagne
 

Source: 
Le Soleil

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags