Afrique et Corona: la révélation d'une vestale violée.

Des éraflures sur la vestale, violée à la rafale

Je crée une amplitude cognitive

Malgré ma respiration marouflée à la récidive

Écartez vous, maudits saltimbanques à la trompette

La plume est la seule rectitude vous renversant à la rondelette

Des cuvettes vous avez bâti des montées

Et taillé les montées en sépultures

De "l'Afrique à frics" se lit l'Afrique "à frite"

Nous voilà donc, tous, à table

Le corrupteur ferme ses portes

Le corrompu doit faire face, seul au coronavirus.

Je ne dis pas que Guy Mary a raison mais ma raison accepte que mon monde est en fenaison.

Au lieu de moderniser notre plateau technique médical on a préféré flaire nos familles malades vers l’Europe qui aujourd'hui nous ferme ses lignes aériennes.

Au lieu de s'investir dans l'éducation et la formation de nos ressources humaines en santé et autres secteurs vitaux, on s'en fout de l'école qui n'enseigne même plus la moitié du son quantum horaire.

Aujourd'hui l'autre ferme ses portes, le virus dicte sa loi et certains pensent au troisième mandat afin de continuer à recevoir leurs mandats à la banque.

Certains étriqués messages d'usufruitiers dithyrambiques me font brûler le corps, des phalanges à la boite crânienne ; d'autres, lésés lors du partage du gâteau se transforment en rabats-joies politiques.

Nous voilà en saltimbanques

Par Kalilou Ba, le Négrillon, professeur d'Anglais et membre de la cellule de communication du Réseau des Enseignants ADK

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Kaolack Tags